Der illustrierte Darm fühlt sich wohl. Eine gesunde Darmflora ist die Grundlage für das Wohlbefinden.

Flore intestinale:
la clé de notre bien-être

Vous avez un transit paresseux, des ballonnements ou des diarrhées? Le fonctionnement de notre appareil digestif n’est pas toujours un sujet de discussion très apprécié... Et pourtant, les problèmes de digestion ne devraient pas être pris à la légère: le bien-être général de notre organisme passe par la bonne santé de notre intestin. 

Sur l’illustration, un intestin en bonne santé. L’équilibre de la flore intestinale détermine notre bien-être général. L’importance d’un intestin sain ne se fait souvent sentir que lorsque des problèmes surviennent. Heureusement, il ne s’agit pas toujours de maladies graves et les ballonnements, lourdeurs abdominales et paresse intestinale sont la plupart du temps d’origine bénigne. Chez les femmes, les changements hormonaux liés au cycle ou à la ménopause, ou survenant pendant la grossesse, peuvent aussi avoir une influence. Et avec les années, l’intestin devient moins performant. De mauvaises habitudes alimentaires, la sédentarité, une hydratation insuffisante sont autant de facteurs aggravants.

Une flore intestinale équilibrée

On les appelle flore intestinale, microbiote ou microflore intestinale. La composition de la flore intestinale varie fortement d’une personne à l’autre – un peu comme les empreintes digitales. Il n’en reste pas moins que son équilibre est essentiel au transit digestif, renforce le système immunitaire et protège l’organisme des agents pathogènes. On suppose aujourd’hui qu’un déséquilibre de la flore intestinale non seulement affecte la digestion, mais qu’il contribue également à l’apparition de maladies auto-immunes, telles que le diabète de type 2, et qu’il pourrait être à l’origine de la prise de poids dans certains cas.


Adaptez votre alimentation:
Mangez davantage de fibres alimentaires non digestibles, présentes dans les céréales complètes, légumineuses, fruits et légumes, champignons, graines et fruits à coque. Celles-ci, en plus d’une hydratation suffisante, constituent une bonne prévention contre la constipation.

 

Le rôle des probiotiques et des prébiotiques 

Les probiotiques ont un effet positif sur la flore intestinale. Ces micro-organismes peuvent contribuer à renforcer la barrière intestinale et ainsi empêcher l’installation d’agents pathogènes. Les produits lactofermentés en contiennent: yogourts, képhir, miso (pâte de soja fermentée), cornichons lactofermentés (pas de cornichons au vinaigre), kombucha (thé fermenté), vinaigre de pomme, fromage (le parmesan, par exemple), kimchi (mets à base de légumes fermentés), choucroute.

Quant aux prébiotiques, composants alimentaires non digestibles qui favorisent la croissance et l’activité des bactéries du côlon, ils aident en cas de transit paresseux, de diarrhée et de constipation. Il s’agit de fibres alimentaires, telles que l’inuline ou l’oligofructose, que l’on retrouve en particulier dans: les endives, les topinambours, les oignons, l’ail, les poireaux, les salsifis, les artichauts, l’avoine et le seigle.

 

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) – quand le stress affecte l’appareil digestif

Les problèmes digestifs sont courants. En Suisse, plus d’une personne sur dix se plaint de troubles gastro-intestinaux tels que ballonnements, diarrhée, constipation, crampes et ce, surtout en périodes de stress. Les femmes en souffrent presque deux fois plus que les hommes. Les causes sont souvent inconnues. On parle alors de syndrome de l’intestin irritable (SII). Ce diagnostic doit être posé par un·e médecin, car la première chose à faire est d’écarter d’autres pathologies telles que des infections gastro-intestinales, maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, maladie cœliaque, intolérances alimentaires (lactose, fructose, histamine) ou tumeurs. Vous trouverez également des précisions sur le syndrome de l’intestin irritable dans notre guide pratique.

 

Un diagnostic pas toujours facile à établir

Il faut souvent beaucoup de temps et d’examens avant que le syndrome de l’intestin irritable ne puisse être diagnostiqué. Celui-ci ne constitue pas une pathologie organique, mais un trouble fonctionnel entre le système neurovégétatif (système nerveux autonome) et les muscles intestinaux. Bien que bénin, il peut altérer considérablement le bien-être des personnes qui en souffrent. Parmi les causes possibles, un déséquilibre de la flore intestinale est évoqué. Toutefois, vu que les symptômes varient d’un·e patient·e à l’autre et que l’origine des troubles n’a pas été clairement déterminée, il n’existe pas de régime alimentaire miracle valable pour tout le monde. Le meilleur traitement consiste la plupart du temps à adapter son alimentation individuellement. 

 

Les FODMAP et votre intestin

Le pain, les pâtes et les douceurs font partie de ces aliments dont nous sommes généralement assez friand·es. Malheureusement pour nous, ils sont riches en sucres fermentescibles, au même titre que les produits laitiers, les fruits à noyaux ou les légumes de la famille des choux. Chez les personnes atteintes du syndrome de l’intestin irritable, renoncer à ce type d’hydrates de carbone, appelés FODMAP, pourrait être bénéfique.

FODMAP est l’abréviation de Fermentable Oligo-, Di-, Mono-saccharides and Polyols, en référence aux hydrates de carbone à chaîne courte, tels que le fructose et le galactose (monosaccharides), le lactose (disaccharides) et les alcools du sucre (polyols) tels que le sorbitol. Certains aliments en contiennent naturellement; parfois, ils sont aussi ajoutés pendant le processus de fabrication. Les produits riches en FODMAP ont principalement deux effets sur le système digestif: ils attirent l’eau lorsqu’ils passent dans l’intestin grêle (par un effet osmotique) et sont très fermentescibles dans le côlon (fermentation rapide). Les sujets sensibles pourront souffrir de ballonnements, douleurs, diarrhées ou constipation. Il peut être bénéfique d’essayer de renoncer à certains aliments. Cependant, avant de franchir le pas, il est recommandé de consulter un·e nutritionniste.

 

Conseils pour un confort intestinal optimal

  • Le pain à base d’anciennes variétés de céréales (comme le PurEpeautre) est réputé plus digeste. Les préparations au levain et celles dont le temps de repos de la pâte (levage) est d’au moins quatre heures entraînent moins de problèmes digestifs, car elles sont plus pauvres en FODMAP.
  • L’excès de sucre perturbe l’équilibre de la flore intestinale. Essayez d’y renoncer pendant une semaine, voire plus longtemps. 
  • De manière générale, les aliments riches en graisses ou très épicés, la caféine et l’alcool sont associés à des troubles intestinaux.
  • En cas de ballonnements, préparez-vous une tisane composée à parts égales d’anis, de fenouil, de coriandre, de cardamome et de cumin. Vous pouvez également mâcher une demi-cuillère à café de ce mélange de graines après les repas.

     

Marlène Gautschi est nutritionniste et est heureuse de répondre à vos questions sur la nutrition.

Conseils et astuces

Si vous avez des questions sur l’alimentation, vous pouvez prendre contact avec notre experte, Marlène Gautschi, en écrivant à alimentation@concordia.chCe service est gratuit pour les personnes assurées chez CONCORDIA.

  

Articles associés

alt="Hausmittel wie Honig, Thymian oder Hühnersuppe helfen gegen Erkältungen und anderen Beschwerden"

Des remèdes naturels contre les petits maux du quotidien 

Nos grands-mères le savaient bien: c’est parfois dans la nature que l’on trouve les meilleurs remèdes.

Continuer à lire
Syndrome de l’intestin irritable

Syndrome de l’intestin irritable: Quan l'intestin fait des siennes

Vous souffrez de ballonnements, de diarrhées fréquentes, parfois de constipation, ou encore de douleurs abdominales? Il s’agit peut-être du syndrome du côlon irritable. Ayez les réflexes qui soulagent et découvrez comment votre médecin procède pour poser son diagnostic.

Continuer à lire
Ilustration gros intestin

Le gros intestin, un trieur de déchets

Situé autour de l’intestin grêle, le gros intestin a pour fonction de dégrader les résidus alimentaires non digérables à l’aide de bactéries lors de processus de fermentation et de décomposition et de les éliminer de l’organisme.

Continuer à lire
Diverticulite

Diverticulite: inflammation intestinale 

Vous éprouvez des douleurs au côté gauche du bas-ventre. Par ailleurs, vous avez la diarrhée, de la fièvre et souffrez de ballonnements: il s’agit peut-être d’une inflammation du gros intestin ou côlon. Apprenez à prévenir une diverticulite et découvrez les approches thérapeutiques que votre médecin peut vous proposer.

Continuer à lire
Constipation et ballonnements

Constipation et ballonnements

Votre intestin est devenu paresseux, vous avez de la peine à digérer et vous souffrez d'un transit irrégulier? Ayez les bons réflexes en cas de ballonnements et de constipation et découvrez quand il est nécessaire de consulter votre médecin.

Continuer à lire