Knabe liest Buch
ÇA MARTÈLE ET ÇA RÉSONNE   

Maux de tête

Dans votre tête, ça bourdonne et ça martèle: vous souffrez peut-être d’une céphalée de tension, d’une migraine, ou d’un des quelque 200 différents types de maux de tête. Apprenez les gestes qui soulagent et découvrez quand il est nécessaire de consulter votre médecin.

Ça bourdonne et ça martèle dans votre tête. Vous avez la sensation qu’elle est sur le point d’exploser. Les douleurs sont à peine supportables. Les maux de tête peuvent vous tourmenter de temps à autre ou vous assaillir régulièrement. Au total, on en différencie plus de 200 types: céphalées de tension, migraines, algies vasculaires, céphalées unilatérales... Et autant de causes: infections, tensions cervicales, consommation excessive d’alcool, blessures, travail prolongé devant l’écran, mauvaise vue, hypertension, stress et bien plus encore. Le pire dans tout ça, c’est que la plupart des maux de tête n’ont aucune cause identifiable, comme une hypertension. Ce que tous les maux de tête ont en commun: ils empiètent sur la qualité de vie et on veut s’en débarrasser le plus vite possible. 

 

CONCORDIA Reiseapotheke

Gagnez l’une des cinq pharmacies de voyage CONCORDIA mises en jeu!

Participez à notre concours et avec un peu de chance, vous remporterez l’une des cinq pharmacies de voyage CONCORDIA mises en jeu. Nous vous souhaitons un agréable séjour!

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE VOUS-MÊME

Vous devez passer plusieurs heures devant l’écran, vous travaillez constamment sous pression, vous n’avez presque pas de temps libre, vous ne vous hydratez pas suffisamment, vous consommez souvent de l’alcool, vous vous sentez surmené ou vous vous surchargez tout seul? Changer votre environnement professionnel ou privé ainsi que vos habitudes n’est pas une chose aisée. Toutefois, c’est probablement la seule solution pour maîtriser vos maux de tête. À l’aide d’un carnet de bord dédié à vos maux de tête, essayez d’en déterminer la fréquence, la quantité de comprimés que vous avalez et les événements qui se sont produits pendant, avant et après leur apparition. Sont-ils dus à vos nombreux rendez-vous professionnels ou peut-être à des plats ou boissons spécifiques? Si vous parvenez à déterminer un élément déclencheur spécifique, vous pouvez essayer de l’éviter. 

Accordez-vous des périodes de repos: une demi-heure par jour rien que pour vous est plus bénéfique que de longues vacances après des mois de travail acharné. Intégrez une plage de relaxation quotidienne dans votre agenda. Vos attaques de maux de tête seront probablement moins fréquentes ou moins fortes. 

La même chose vaut pour l’activité physique: une petite promenade par jour apporte plus qu’un marathon le week-end. Le surmenage physique entraîne lui aussi des maux de tête. 


 

CE QUE FAIT LE MÉDECIN

La plupart du temps, les maux de tête sont désagréables mais inoffensifs. Vous souffrez le temps d’une journée, prenez exceptionnellement un analgésique et, le lendemain, la vie retrouve déjà toutes ses couleurs. Si les maux de tête durent plus longtemps, apparaissent régulièrement ou gagnent en intensité à chaque crise, il est recommandé de consulter un médecin. Même lorsque le mal de tête fait suite à un accident, le médecin doit clarifier la présence éventuelle d’une lésion cérébrale. Consultez un médecin de toute urgence si vous avez une forte fièvre et si vous ne pouvez plus (ou uniquement avec beaucoup de douleur) pencher la tête vers la poitrine. Cela pourrait être un signe de méningite. 

Consultez également votre médecin si vous avez de forts maux de tête accompagnés de vomissements. Il déterminera s’il s’agit d’une migraine ou si la cause est tout autre.

Pour tous les analgésiques: une prise régulière peut elle-même entraîner des maux de tête (voir encadré). Consommez-les donc avec parcimonie. Si vous remarquez que votre consommation d’analgésiques est particulièrement élevée (plus de 10 comprimés par mois), parlez-en à votre médecin. Il pourra ainsi écarter d’éventuelles maladies physiques susceptibles d’en être la cause. L’hypertension, les inflammations, le diabète et les maladies rénales peuvent généralement être traités avec succès, ce qui entraîne l’arrêt des maux de tête.
 

Traiter les maux de tête avec des analgésiques

Parfois, lorsqu’on est malade, des douleurs peuvent nous accompagner sur une plus longue période ou revenir à intervalles réguliers. Il se peut alors que vous preniez également des analgésiques sur une plus longue période ou à intervalles réguliers. Cela comporte un risque: le mal de tête chronique d’origine médicamenteuse. La cause de ce phénomène n’est pas très claire. Il est possible que l’utilisation régulière d’analgésiques abaisse le seuil à partir duquel le cerveau réagit à la douleur, entraînant ainsi une hypersensibilité du système nociceptif.

Un risque existe dès la prise d’analgésiques plus de dix jours par mois, surtout si vous prenez un médicament qui contient de la caféine en plus de l’acide acétylsalicylique (AAS) ou du paracétamol. La prise d’antirhumatismaux non stéroïdiens (p. ex. diclofénac ou ibuprofène) sur une longue période peut également entraîner l’apparition de mal de tête chronique. Si vous souffrez de douleurs chroniques, demandez à votre médecin de suivre un traitement spécial de la douleur composé de différents modules.