Papi werden - Work-Life-Balance - Vater sitzt mit dem Kind am Computer

Équilibre entre vie professionnelle et vie privée:
Cinq conseils aux pères

Comment concilier votre activité professionnelle et votre rôle de papa ? Markus Bürki, père de deux enfants, superviseur, formateur d’adultes et coach vous donne cinq conseils pratiques.

Pourquoi vous devriez vraiment vous mettre au yoga

Mes conseils sur le sujet sont simples: soyez disponible, soyez présent, exprimez vos émotions, sortez de votre zone de confort et grandissez, soyez à l’écoute, posez des questions et n’oubliez pas de prendre soin de vous.

Pour faire simple: n’hésitez pas à mettre votre grain de sel, (re)mettez-vous en question, ne cachez pas vos larmes, grandissez et... mettez-vous au yoga!

J’avoue, je n’aime pas trop les conseils. Parce qu’en matière de parentalité, il n'y a pas de recette universelle. Bien sûr, rien ne vous empêche de lire Laurence Pernoud. Mais que ferez-vous ensuite de ses conseils? Saurez-vous les mettre en pratique? Êtes-vous sûr d’avoir compris son message? On touche au cœur du problème: la vraie vie ne se trouve pas dans les livres. La vraie vie, c’est le quotidien. Vous la découvrirez en vivant chaque instant en toute conscience, en y investissant du temps et en ayant les idées claires. Si vous souhaitez quand même quelques conseils, alors voilà:

 Premier conseil: Soyez disponible!

Si vous lisez ces lignes, c'est que vous aimeriez fonder une famille et en apprendre davantage sur le sujet. Parfait, c’est un bon début. Car la soif de savoir fait avancer. Ça sonne un peu bateau, mais c’est vrai. Y mettez-vous du vôtre? C'est encore mieux. C’est comme ça que ça doit être. Avoir une famille demande du cœur et de l’esprit.

 Deuxième conseil: Soyez présent!

Soyez présent le plus souvent possible dans la vie familiale à venir. Si, dans votre futur rôle de père, vous arrivez à calmer vos enfants lorsqu’ils ou elles piqueront des crises de colère (oui, ça arrivera...!) et que vous êtes en mesure de simplement être là pour eux ou elles, ce sera une contribution essentielle ; pour votre compagne aussi. Et puis, n’est-ce pas magnifique de voir son enfant courir vers soi pour être consolé·e, et pas toujours caché·e dans les jupes de sa mère? D’autant plus que maman n’aime pas vraiment ça. Et les jupes non plus, d’ailleurs.

Soyez présent le matin et le soir. Le dimanche et le jeudi. Simplement présent. Dans les crises et les tempêtes, les disputes et les victoires. Un océan d’expériences et d’émotions; et vous, le père, vous êtes toujours là. Dans ce contexte aussi, c'est en forgeant qu’on devient forgeron. Si vous exerciez votre métier actuel pendant dix ans, huit heures par semaine, cela prendrait beaucoup plus de temps jusqu’à ce que vous deveniez un professionnel chevronné. Alors, pourquoi en irait-il autrement dans la sphère privée? Un père présent uniquement durant les week-ends peut sûrement être un bon père, émotionnellement investi; mais il ne vivra pas les ascenseurs émotionnels du quotidien familial. Alors, soyez là, soyez disponible, mettez-y du cœur. Ce n'est pas toujours simple, mais judicieux. Vivez dans le moment présent, pas dans le passé ou le futur.

 Troisième conseil: Montrez vos émotions!

Pleurez devant ou avec vos enfants si vous en avez besoin. Les émotions ne sont pas réservées aux femmes, elles sont humaines et utiles. Elles sont là pour nous aider à affronter la complexité de notre existence. Rien de négatif, que du positif.

Si vous avez un mauvais sentiment à propos de votre famille ou de votre enfant, parlez-en à votre compagne, échangez vos ressentis une fois par semaine sur les thèmes abordés par le passé ou sur vos questions. Vous pouvez formuler vos interrogations sur des cartes ou utiliser une boîte à outils. Faites preuve de créativité. Exprimez vos émotions par le dessin, le chant, le bricolage, la danse. Ce qui semble étrange au départ peut devenir un vrai rituel en l'espace d’une semaine. Et un jour, les enfants y participeront aussi d’une manière ou d’une autre.

Vous pouvez commencer par vous demander: «Comment est-ce que je me sens en ce moment?», «Dans notre situation, qu’est-ce qui me satisfait et dans quel(s) domaine(s) ai-je besoin d’aide?».

Faites preuve de fantaisie, soyez utopiques et rêvez. Si les idées ne sont pas réalisables, vous aurez au moins stimulé votre créativité et serez de bonne humeur.

 Quatrième conseil: Sortez de votre zone de confort et grandissez!

Nous, les hommes, avons tendance à nous surcharger. Je connais bien ça. Il m'arrive souvent de me retrouver complètement débordé, parce que j’en attends trop de moi, parce que je veux trop en faire dans la vie. Vous n’êtes pas le seul. Parlez-en avec d’autres hommes, échangez sur la question. Autour d’une bière, ou pas.

Et pourtant, c’est si beau de rêver d’un projet, que ce soit un voyage en famille ou un nouvel emploi; rêver et tout faire pour réaliser ce rêve. Les hommes aiment les défis et c’est tant mieux, puisque la famille en est un de taille. Les projets ne manqueront pas. À mon avis, il est essentiel de prendre de la distance par rapport à vos activités et de vous demander si ce que vous êtes en train d’entreprendre vient encore du cœur ou si la motivation vous a quitté. L’autoréflexion est un de mes mots favoris dans ce domaine.

Arrivez-vous à vous observer et à évoluer ou foncez-vous tête baissée en ne pensant qu’à l'argent? Et si la gloire et la richesse n'arrivaient jamais? Et si vous passiez à côté de votre famille? Remettez en question ce que vous faites et si vous n’y arrivez pas seul, demandez à un professionnel de vous accompagner. Croyez-moi, ça aide! C’est mon avis de conseiller, mais aussi d’homme et de père qui a, lui aussi, souvent demandé de l’aide. Soyez un homme et n’hésitez pas à chercher du soutien.

 Cinquième conseil: Prenez soin de vous!

N’oublions pas l’essentiel : prenez soin de vous, car vous êtes unique au monde. À quoi bon vous noyer dans vos projets au risque de voir votre famille vous tourner le dos ? Penser à soi, c’est la clé de tout. Et pas seulement pour la gent masculine, mais pour le monde entier. De quoi avons-nous véritablement besoin et quand faut-il dire stop ? Réservez-vous des moments dans la semaine, prévoyez avec votre compagne quand vous irez au tennis, au club d’échecs, voir vos amis ou... à votre cours de yoga. L’activité choisie n’a pas d’importance, mais prévoyez du temps pour ce que vous aimez faire. Quand c’est fixé, c’est fixé. Bien sûr, il peut y avoir des exceptions. Mais les exceptions, justement, sont exceptionnelles. Les moments que vous passez tout seul sont également essentiels. Allez courir, allez à l'église ou au cinéma en tête-à-tête avec vous-même. Écoutez-vous et posez-vous régulièrement ces questions: «Suis-je là? Suis-je présent? Suis-je investi émotionnellement? Est-ce que je sors de ma zone de confort, est-ce que je grandis ? Est-ce que je prends soin de moi? Est-ce que je m’aime comme je suis?».
Babyjoe-Gutscheine

Gagnez l’un des trois bons d’achat Babyjoe mis en jeu!

Participez à notre concours et, avec un peu de chance, vous remporterez l’un des trois bons d’achat d’une valeur de CHF 20 mis en jeu. Découvrez la boutique bébé Babyjoe et son grand choix d’articles bébé pratiques.


 

L'auteur

 Autor Markus Bürki Markus Bürki est père de deux enfants (nés en 2015 et 2019), superviseur au sein de l'association bso, formateur d’adultes (FSEA 2), coach pour les pères et les hommes et conseiller en environnement. Il tient un blog sur son expérience de père à l’adresse www.paparlapapp.ch, compose des chansons pour enfants et d’autres pièces, quand le temps le lui permet. Sa musique est disponible sur spotify sous «Markus Bürki». Il propose également des cours, des ateliers et des séances de conseil, individuelles ou en groupe.