Deine Berufslehre bei der CONCORDIA

Le stage chez CONCORDIA, un parcours enrichissant

Giulia et Fabio ont vécu une année de stage palpitante avec à la clé une nouvelle activité professionnelle, des discussions passionnantes avec les clients et clientes – et un emploi fixe. Récit de leur plongée dans le monde des assurances et pour Fabio, ancien chauffeur poids lourds, de sa reconversion comme conseiller à la clientèle.

2 août 2021. Giulia, 18 ans, a vécu son premier «vrai» jour de travail. «Au début, j'appréhendais un peu la transition; aller travailler et étudier sont deux activités totalement différentes. Du jour au lendemain, on se retrouve avec des personnes plus âgées et on fait presque chaque tâche pour la première fois», se confie-t-elle. Après un petit temps d’adaptation, elle s'est toutefois facilement habituée à sa nouvelle vie: «J’ai tout d’abord dû mémoriser l’ensemble des processus, me plonger dans les thématiques de l’assurance et me familiariser avec les outils utilisés. Grâce au soutien de l’équipe à l’agence et à mon parrain de stage, je me suis vite sentie dans le bain».

Les appréhensions de Fabio étaient d’un autre ordre: «Je possédais déjà de l'expérience professionnelle grâce à mes activités antérieures. Mais je venais de passer deux ans sur les bancs de l’école et je ne savais pas à quelle vitesse j’allais trouver mes marques dans ce nouveau domaine.» Les doutes se sont toutefois vite dissipés... Après quelques semaines seulement, Fabio répondait déjà à des requêtes complexes de la part de clients et clientes. 

 

Un travail varié: contact avec les assuré·es, tâches administratives et vente

CONCORDIA propose aux étudiants et étudiantes des écoles supérieures de commerce un stage de douze mois au sein d’une agence. Comme nous l'explique Giulia, ce séjour permet de découvrir différents domaines. «Dès le début, j'ai beaucoup été en contact avec les assuré·es, que ce soit par e-mail ou par téléphone. Mais j'effectuais aussi des tâches administratives et procédais à des clarifications en interne.» Fabio, quant à lui, a tout particulièrement apprécié l’indépendance qu'on lui a octroyée tout au long de son stage: «Je pouvais organiser mes journées de travail librement, mes horaires étaient flexibles. Comme je suis plutôt du matin, je commençais ma journée tôt. La plupart du temps, c'était donc moi qui ouvrais le bureau en début de journée et je pouvais accomplir mes tâches en toute tranquillité».

 

«Comme une petite famille»

«Je sais que ça sonne un peu kitsch, mais nous sommes vraiment comme une petite famille chez CONCORDIA, nous nous occupons des autres», nous explique Giulia. Et ce n'est pas uniquement le cas au sein de l'agence: «Quand je demande des informations au Siège principal, tout le monde donne volontiers un coup de main». Les pauses de midi sont généralement prises en commun: «Nous ne parlons pas uniquement du travail. Nous nous racontons aussi nos week-ends, nous nous recommandons des restaurants, nous rigolons de certaines anecdotes du bureau». 

Fabio im Anzug Fabio abonde dans le même sens: «J'ai fait mon stage à l’agence de Reinach dans le canton d’Argovie avec deux conseillères et un conseiller à la clientèle, et le chef d’agence. On s’entendait très bien, on était une super équipe et on se soutenait toujours mutuellement. J’ai beaucoup appris de mes collègues, qui m’ont aidé et ont toujours répondu à toutes mes questions».

Du stage à l’emploi fixe

Jour après jour, Giulia et Fabio ont gagné en confiance et assumé davantage de responsabilités. L’expérience s’est avérée à tel point positive que nos deux stagiaires se sont vu proposer un emploi à durée indéterminée à partir du 1er août 2022. «Avec mon supérieur, nous avons souvent évoqué l’idée d’un poste fixe. Il voulait que je reste chez CONCORDIA. Et moi aussi, naturellement», nous raconte Fabio. «Mais la manière dont il s’est ensuite investi pour que je sois embauché a été exceptionnelle». À cette période, il n’y avait pas de poste libre à Reinach; malgré tout, Fabio a pu rester chez CONCORDIA après le stage. Il a changé d’agence et travaille depuis le mois d’août 2022 comme conseiller à la clientèle à Schöftland.

 

Pour Giulia, le poste à durée indéterminée est sorti de nulle part. «J’avais discuté une ou deux fois avec mon chef d’un éventuel engagement fixe, sans savoir si cela fonctionnerait». Par une belle journée de printemps, un collègue des ressources humaines est entré dans l'agence et a convoqué Giulia dans une salle de réunion: «C’est là qu’on m’a annoncé la bonne nouvelle. J’étais tellement heureuse de pouvoir rester dans cette super équipe».

  

De la cabine d'un camion au job de rêve, en passant par les bancs de l’école

Tandis que certaines personnes savent depuis toujours le métier qu'elles veulent exercer et atteignent directement leur objectif, d’autres cherchent leur voie des années durant. À l’image de Fabio. Âgé de 33 ans, il a déjà une formation professionnelle comme chauffeur poids lourds à son actif: «Mais, au volant de mon camion, je n'étais pas très heureux. Je faisais ce que j'avais à faire, mais je sentais bien que je n’en avais plus envie, que j'avais aussi d'autres compétences». Il y a deux ans, il décide donc de commencer un apprentissage d’employé de commerce à l’école professionnelle d’Aarau (Kaufmännisches Ausbildungszentrum, KAZ). «Aujourd’hui, je suis tellement content d’avoir osé me réorienter et me lancer dans une nouvelle formation, à trente ans passés. Parce que maintenant je peux l’affirmer: j’ai trouvé l’emploi et l’entreprise qui me correspondent et qui m’apportent tant.»
  
 

Weitere Artikel

L’envie de se jeter à l’eau

Sévérine Müller, 39 ans, a toujours fait partie des plus jeunes au sein des organes de direction, où elle était aussi souvent la seule représentante de la gent féminine. En décembre 2021, nommée à la tête de l'unité d'entreprise Prestations, elle est aussi devenue membre du Comité directeur de CONCORDIA. Que cache ce parcours hors du commun et pourquoi les postes à temps partiel «pour les femmes» la font-elle tiquer?

Continuer à lire

Chez CONCORDIA, des apprentissages flexibles et diversifiés, à caractère humain

Haris Agovic et Danis Mujkic se trouvent tous deux à différents stades de leur formation professionnelle chez CONCORDIA: Haris est dans sa première année d’apprentissage d’informaticien CFC. Quant à Danis, il est sur le point de terminer son apprentissage d’employé de commerce CFC de la branche santésuisse. Leurs points communs? Un travail diversifié, dans une équipe formidable, et la passion du ballon rond. 

Continuer à lire

Grimper les échelons au sein de CONCORDIA

Au cours de leur recherche d’emploi, Daniel Brun et Kevin Legrain ne prospectaient pas dans le secteur des assurances. Or, ils sont aujourd’hui tous les deux satisfaits de faire partie de la grande famille CONCORDIA – depuis plus de deux décennies pour Daniel. Un enthousiasme notamment suscité par la bonne ambiance au sein de leur équipe respective, le climat de travail agréable et les nombreuses possibilités de formation.

Continuer à lire